Créatine et Myostatine Blog de Fitness, Nutrition, Santé et Sport | HSN Blog
Accueil / Compléments / Récupération / Créatine et myostatine
Créatine et myostatine

Créatine et myostatine

Nous vous parlons des fonctions de la créatine, un régulateur des réserves d’énergie musculaire, et de la myostatine, un puissant régulateur catabolique.

La créatine dans notre corps

La créatine est un composé dérivé de la glycine, de l’arginine et de la méthionine, synthétisée par le pancréas et le foie et essentielle donc à la régulation des réserves d’énergie musculaire.

Environ 95 % de ce composé s’accumule dans les muscles squelettiques et par contre, une petite partie dans le cerveau et les testicules.

Le muscle squelettique excrète environ 2g/jour de créatine

En termes quantitatifs, environ 120 g sont déposés par une personne d’environ 70 kg, dont les 2/3 sont déposés sous forme de phosphocréatine et le tiers restant sous forme de créatine libre.

Elle est transportée par un transporteur de créatine spécifique (une protéine transmembranaire qui filtre la créatine du sang aux cellules musculaires) jusqu’aux cellules cibles ayant des exigences élevées, comme le muscle squelettique.

En plus de sa synthèse endogène, nous l’ingérons également à partir d’aliments (par exemple le poisson et la viande) ou nous pouvons le compléter avec des compléments alimentaires

La créatine dans le système énergétique

Ce composé sert de substrat cellulaire énergétique, car il reconstitue et prévient la réduction des niveaux d’adénosine triphosphate, ATP, immédiatement.

Plus précisément, la créatine nous aide à recycler l’ADP (adénosine diphosphate) et l’AMP (adénosine monophosphate) en ATP afin d’éviter la production musculaire d’acide lactique.

Ainsi, les niveaux supraphisiologiques intramusculaires de créatine (phosphocréatine et créatine libre) nous permettraient de rester sous tension plus longtemps pendant l’exercice.

Lorsque l’ATP se dégrade, il libère une molécule de phosphate qui est « capturée » par la formation et le stockage de créatine ainsi que par la phosphocréatine. La phosphocréatine délivre ensuite sa molécule de phosphate à l’ADP pour former à nouveau de l’ATP par l’action de la créatine kinase.

Ce système de transport d’énergie immédiat offert par la créatine nous aide grandement dans la réalisation d’activités très stressantes.

Mais cet article n’est pas destiné à mettre l’accent sur le pouvoir ergogène de la créatine comme supplément pour améliorer la composition corporelle (gain de masse musculaire, volume cellulaire), gagner en force ou améliorer les performances sportives de haute intensité (pas d’endurance). Ce qui a le plus retenu notre attention, déjà habitué à ses avantages habituels, c’est son attribut possible en tant que supplément anti-catabolique.

En effet il semble que la créatine puisse agir comme un  » bloqueur  » de la myostatine.

Qu’est-ce que la myostatine ?

La myostatine est un puissant régulateur catabolique de la masse musculaire.

Agit sur les muscles squelettiques comme inhibiteur de croissance.

C’est-à-dire qu’il « ralentit » la synthèse des protéines lorsqu’il se fixe aux récepteurs des cellules musculaires, provoquant ainsi une atrophie.

 Son déficit, causé par une mutation génétique, a conduit à l’hypertrophie musculaire. De même, l’augmentation de l’expression s’accompagne d’une atrophie musculaire. Apparemment, il agit directement sur les cellules satellites.

Étude de l’Université d’Arak: RT+CR lead to greater decreases in serum myostatin

Une étude menée par une université à Arak, en Iran, pendant 8 semaines, a conclu que l’ajout de créatine à l’entraînement de force/résistance entraîne une diminution des niveaux de myostatine. L’entraînement d’endurance en soi entraîne une diminution du taux de myostatine, ce qui démontre qu’elle agit comme un agent bloquant.

Mais, en plus, le groupe avec entraînement d’endurance et 1 prise quotidienne de créatine (0,05 g/kg, après 1 semaine de protocole de chargement) présente le meilleur résultat en termes de réduction des niveaux de myostatine.

estudioSi vous avez quelques doutes au sujet de la créatine et la myostatine, n’hésitez pas à nous écrire!

Sources

  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3536590
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6092820
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/6357850
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18652080
  • http://jp.physoc.org/content/573/2/525.full.pdf+html
  • http://www.jissn.com/content/4/1/6
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9662683
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10362012
  • http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0303720709006388
  • http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14636103
  • The Effects of Creatine Monohydrate Supplementation on Creatine Transporter Activity and Creatine Metabolism in Resistance Trained Males, Christopher J. Moulton, M.S.Ed.
Estimation au sujet de la Créatine et la Myostatine

Créatine Récicle le ADP et l'AMP - 100%

Pouvoir ergogénique de la Créatine - 100%

Carence en myostatine: hypertrophie musculaire - 97%

Prendre de la Créatine réduit les niveaux de myostatine - 98%

99%

Évaluation HSN: 5 /5
Voir Aussi
Compléments hormone de croissance
Compléments exhausteurs de l’hormone de croissance (HGH)

Dans le monde du sport elle est bien connue comme un anabolisant puissant, car elle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez notre HSNBlog?
HSN Newsletter
Imaginez alors les offres de notre magasin

Donnez-nous votre adresse mail, et vous aurez accès aux meilleures promotions pour nos clients


Je veux m’abonner et j’accepte la politique de confidentialité