Pourquoi votre Médecin n'aime pas la Complémentation Sportive?
Accueil / Santé et Beauté / Habitudes Saines / Raisons pour lesquelles votre Médecin n’aime pas la Complémentation Sportive
Raisons pour lesquelles votre Médecin n’aime pas la Complémentation Sportive

Raisons pour lesquelles votre Médecin n’aime pas la Complémentation Sportive

Pourquoi la Médecine est si réticente à la Complémentation Sportive?

Nous allons expliquer les raisons pour lesquelles possiblement votre médecin pense que prendre des compléments n’est pas une bonne idée.

Une situation inconfortable avec votre médecin

Vous entrez dans le cabinet de votre médecin.

Vous vous asseyez. Tout semble aller bien. Tu viens par un petit rhume. Rien de grave. Il te pose quelques questions, il vous ausculte et vous donne un médicament pour prendre chaque 8 heures. Pas de problème…

Oh, un moment…

Sur l’analytique, la créatinine et les transaminases sont dans la limite supérieure de la normale.Médecins et Compléments

Ce qui fait réfléchir le praticien car il ne s’agit pas d’un « modèle de normalité ».

  • -Vous prenez quelques compléments dont vous ne m’avez pas parlé?
  • -Oui, je prends de la protéine de lactosérum après l’entraînement. (…et vous commencez à sentir que vous avez fait quelque chose mal…)
  • -Vraiment?
  • -Ben…oui…

La situation devient alors un peu tendue. Vous sortez avec un sermon. Il vous conseille que sous aucun prétexte, vous devez prendre de la complémentation de « gymnase ».

Cela vous dit quelque chose?

Nous sommes en 2019 et cette situation continu à se répéter sur des centres de santé, des spécialistes et des hôpitaux. Je reçois presque chaque jour des mails de jeunes hommes et filles qui se trouvent dans cette situation.

Aujourd’hui nous allons analyser, d’un point de vue le plus empathique que possible la raison de ceci.

Pourquoi de nos jours, il existe encore cette réticence par un groupe de professionnels de la santé, le plus normalement, des médecins, vers la complémentation sportive?

Avis Personnel

Pour commencer, le plus honnête je crois, est d’avouer que j’ai eu une situation très similaire à celle que j’ai décrit quand j’était un ados. Cela ma fait penser beaucoup, puis faire des rechercher, et aujourd’hui, divulguer ce que j’ai appris.

Sur le post d’aujourd’hui, nous allons essayer de voir le point de vue de ces professionnels et ainsi comprendre la raison de ces recommandations

Bien sur, tout ce que vous trouverez ici, n’est autre chose que mon avis, avec un caractère totalement subjectif.

Méconnaissance  et manque de formation

Souvent n’est pas facile à le reconnaître pour ceux qui nous sommes à l’autre coté de la table (les professionnels), mais nous ne sommas pas qualifiés pour tout.

L’égo des médecins, hypertrophié plus souvent de ce qu’il devrait, leur empêche d’accepter l’évidence: nous ne savons pas à propos du sport, des entraînements, de l’activité physique, de la planification sportive et donc de la complémentation sportive.

Cela pourrait peut-être se corriger si on ajoutait une matière, même optative dans la carrière de médecine. Mais cela n’est pas le cas.

Donc, nous avons de centaines de médecins qui assurent connaitre chaque an les voies métaboliques les plus complexes, les maladies plus rares et les traitements pharmacologiques les plus innovants, mais qui ne savent pas donner des directrices d’exercice physique de BASE au patients qui ont face à eux.

Exercice et santé

L’exercice physique étant un « gélule polyvalente » qui prévient jusqu’à 26 pathologies 1, c’est difficilement justifiable.

Donc, si vous médecin vous fronce le sourcil quand vous parlez de protéine ou créatine, pensez que pour lui c’est quelque chose de méconnu. Il ne domine pas les « posologies » recommandées

Il ne connait pas les bienfaits potentiels et donne comme surs certains des risques

La régulation commerciale des compléments est bien plus détendue que celle des médicaments

La, je doit avouer aussi que les médecins ont raison. Concernant la régulation commerciale et les garanties de sûreté et de qualité, l’industrie des compléments doit s’améliorer BEAUCOUP.

Aujourd’hui, nous avons déjà presque tout vu. Des protéines et d’autres compléments frelatés avec des substances dopantes, des étiquettes qui ne contiennent pas le % de protéines quelles assurent, réduire la teneur de protéine par doseur d’une façon peu étique, jusqu’à des substances commercialisées qui sont à la limite de la légalité, et bien d’autres déjà retirées du marché par des effets défavorables importants.

Oui, cela arrive aussi avec des médicaments, et nombreux ont du êtres retirés. Mais au moins dans le monde de la pharmacologie, les médecins nous avons un système parfaitement structuré, chaque fois plus contrôlé et avec des certaines garanties de ce que nous commercialisons est sur pour le patient.

médecin

Donc, si votre médecin est réticent à que vous preniez ce type de substances, vous devez savoir qu’il cherche à vous protéger des possibles effets adverses de ces substances.

Si vous voulez obtenir plus d’information de qualité sur la régulation légale de compléments et de pratiques frauduleuses je vous conseille l’activité en ligne de Jose Kenji,  un homme qui domine très bien ce domaine et avec un futur très prometteur

Fausses liaisons entre « culturisme underground » et pratiques dopantes

Pour la Médecine, le monde des compléments et du « muscle » est lié directement à certaines des sous-cultures underground pas très bien considérées.

Le culturisme n’a pas une très bonne image dans le domaine médical.

Cela, en certain mesure est justifié par les pratiques abusives et malsaines menées par une partie de ce collectif: dopage implicite, troubles de la conduite alimentaire, préparation pour la compétition qui sont un attentat à la physiologie, prise de médicaments sans contrôle, charge et volume d’entraînement qui facilitent le risque de lésion et un long etc.

En bref, nous devons admettre que le monde du culturisme et autres sports liés à la culture du muscle ont donné assez des raisons à la médecine pour froncer le sourcil si quelqu’un arrive en parlant de certaines pratiques.

Entraînement de force

Mais bon, chaque foi nous avons plus clair que le muscle en tant qu’organe est source de santé, que nous devons préserver dans la mesure du possible, que l’entraînement de force est indispensable pour maintenir et optimiser la santé

Vous pouvez être un culturiste sans mettre en danger votre santé, même si quelqu’un en doute

Contamination croisée avec d’autres substances

Assez fréquement nous voyons aux journaux l’annonce de « X supplément a été retiré car il contenait de traces de la substance dopante Y ». Ceci est une réalité.

Il existe de compléments adultérés, en partie par la régulation si relâchée de l’industrie des compléments.

Docteur et compléments

Cela, comme vous pouvez imaginer, fait peur aux messieurs et madames en blouse blanche 

Si vous allez prendre des compléments, cherchez une marque de confiance qui soit soumise souvent à des contrôles rigureux et exhaustifs accordes à la loi en vigeur, comme HSN

Association de protéine et maladie rénale chronique

C’est un sujet dont nous ne pouvons pas nous débarrasser définitivement. Aujourd’hui encore, la majorité des professionnels de la santé sont fermement convaincus que l’excès de protéines chez les personnes en bonne santé peut faciliter ou accélérer l’apparition d’une maladie rénale chronique.

Le problème est que cet « excès » n’est pas bien défini et que la plupart continu à s’appuyer dans les démontrés insuffisantes recommandations de 0,8gr/kg de poids corporel

Récemment, une autre méta-analyse nous a confirmé ce qu’on savait déjà. Les régimes élevés en protéines en personnes saines et sans pathologie rénale pre-existante NE produisent PAS l’usure de la fonction rénale 2.

Fonction rénale

Cela change si vous soufrez une altération de la fonction rénale, vous un seul rein ou vous avez des antécédents familiers de maladie rénale

Dans ce cas, mois je suis partisan de la précaution, et je garderais un rang de 1-1.2grs/kg de poids corporel

Manque d’empathie avec le sportif et ses objectifs

La population générale est sédentaire et non sportive.

7 sur 10 adultes sont sédentaires

Sur le domaine médicale il existe, bien que cela puisse vous surprendre, une grande prévalence du sédentarisme, tabagisme, mauvais régime et stress chronique. Cela est principalement justifié par les conditions d’emploi si dures auxquelles nous sommes souvent soumis.

Mais, d’autre part, j’ai toujours pensé qu’un professionnel de la santé ne peut pas être avec une canette de coca cola sur la table. Chose que tristement j’ai vu.

Dit cela, il existe un manque d’empathie et compréhension avec le sportifs que nous avons face à nous. Pour un sportif, et spécialement en cas de competiton, gagner, améliorer et progresser c’est TOUT ce que compte.

S’il trouve une stratégie qui lui apporte un 5% d’avantage par rapport a ne pas la faire, IL VA LA SUIVRE. C’est une chose que souvent, ceux qui nous sommes à l’autre coté de la table nous n’arrivons pas à comprendre.

Pourquoi tu veut prendre de la protéine? Pourquoi entraîner 3 heures par jour? Et pourquoi tu prend 180gr de protéine par jour?

Nous sympathisons avec le chanteur professionnel qui sacrifie son temps en famille pour aller en tournée, ou nous comprenons le risque d’un pilote de formule 1 sur chaque course, nous devrions être un peu plus compréhensifs avec le style de vie choisi par chacun.

Plus encore, quand on voit que la plupart de ces personnes sportives, soient de compétition ou pas, sont bien plus préoccupées de leur santé que le citoyen moyen.

Athlète

Par conséquent, le préjudice potentiel découlant de pratiques « qui s’écartent de la normalité » serait en tout état de cause contrebalancé par de meilleures décisions en matière de mode de vie.

Les athlètes d’élite ont bien plus de risque de maladies chronique au long de leur vie que la population sédentaire 3

Altérations analytiques du sportif interprétées comme pathologiques

Il est bien connu que le sport, spécialement à des intensités et volumes de travaille élevés, produit une série d’altérations analytiques que nous pouvons définir comme « analytique du sportif »”.

En bref, il existe différentes enzymes telles que la CK ou les transaminases qui peuvent paraître élevées en réponse à un entraînement intense sans impliquer une pathologie, à condition que l’élévation soit dans des marges raisonnables.

La créatinine et l’urée, étant directement liées à la masse musculaire et à l’apport en protéines, peuvent également se situer dans la plage supérieure de la normalité ou être légèrement élevées chez les athlètes.

Sports de force

Fréquemment, des hommes dédiés à des sports de force/puissance

Dans le spectre de résistance, la bilirubine peut également être élevée par une enzyme de valeurs standard par des microtraumatismes répétés impliqués dans le fonctionnement à longue distance, par ex..

Lorsque votre médecin voit ces altération, une signale d’alarme se déclenche…

Mais comme toujours, avoir les connaissances nécessaires est clé pour ne pas s’alarme et faire peur au patient

Alors… les compléments sont mauvais?

Les compléments sont des compléments. Ni bons ni mauvais.

Ce sont des outils qui, utilisés correctement peuvent supposer un avantage, qui est toujours secondaire, que l’on parle de santé, performance ou esthétique, à des bonnes habitudes de vie.

Exemple de la protéine de sérum

Elle est largement consommé par une grande partie de la population sportive. Vous pouvez la prendre en cas de qu’il soit difficile arriver à vos besoins de protéine quotidiens avec les aliments conventionnels, si vous voulez gagner de la masse musculaire ou vous essayez de perdre de la graisse.

Dans tous ces cas, et pour parler en chiffres faciles, la consommation peut varier de 1 à 2 grs/kg de poids corporel avec des variables comme le volume d’entraînement, l’intensité, le type d’entraînement, le % de graisse corporelle et la masse maigre, qui vont décider si vous êtes plus proche de 1g ou de 2.

Bien sur, il y a des preuves suffisantes, que tous les médecins devraient lire, à propos des potentiels avantages de la protéine WHEY en conditions médicales comme pathologie cardiométabolique, sarcopénie ou diminution de la fragilité chez les personnes âgées. 4-8

Conclusions

Le jour viendra où le médecin considérera la supplémentation sportive de la même manière que la supplémentation standard que nous utilisons quotidiennement avec nos patients (fer, acide folique, vitamine D, oméga-3, formules nutritionnelles, pour ne nommer que ces quelques exemples).

C’est seulement question de temps et de formation

Pendant, j’espère que cet article vous donne une vision différente de la Médecine et des Compléments.

Allez! On continue à travailler!

Sources Bibliographiques

  1. Fiuza-Luces C, Garatachea N, Berger NA, Lucia A. Exercise is the Real Polypill. Physiology. 2013;28(5).
  2. Devries MC, Sithamparapillai A, Brimble KS, Banfield L, Morton RW, Phillips SM. Changes in Kidney Function Do Not Differ between Healthy Adults Consuming Higher- Compared with Lower- or Normal-Protein Diets: A Systematic Review and Meta-Analysis. J Nutr [Internet]. 2018 Nov 1 [cited 2018 Nov 26];148(11):1760–75. Available from: https://academic.oup.com/jn/article/148/11/1760/5153345
  3. Laine MK, Eriksson JG, Kujala UM, Kaprio J, Loo B-M, Sundvall J, et al. Former male elite athletes have better metabolic health in late life than their controls. Scand J Med Sci Sports [Internet]. 2016 Mar [cited 2018 Nov 26];26(3):284–90. Available from: http://doi.wiley.com/10.1111/sms.12442
  4. Marshall K. Therapeutic applications of whey protein. Alternative Medicine Review. 2004.
  5. Luhovyy BL, Akhavan T, Anderson GH. Whey Proteins in the Regulation of Food Intake and Satiety. J Am Coll Nutr. 2007;
  6. Volek JS, Volk BM, Gómez AL, Kunces LJ, Kupchak BR, Freidenreich DJ, et al. Whey Protein Supplementation During Resistance Training Augments Lean Body Mass. J Am Coll Nutr. 2013;
  7. Tang JE, Manolakos JJ, Kujbida GW, Lysecki PJ, Moore DR, Phillips SM. Minimal whey protein with carbohydrate stimulates muscle protein synthesis following resistance exercise in trained young men. Appl Physiol Nutr Metab. 2007;
  8. Devries MC, Phillips SM. Supplemental protein in support of muscle mass and health: Advantage whey. J Food Sci. 2015;

Articles Associés

  • Analytiques modifiées chez les Sportifs
  • Analyse de Protéines: Quelles sont les méthodes utilisée, Fiabilité et Qualité
  • Régime élevé en Protéines, quels effets nous apporte?
  • Le Sédentarisme nous Tue
Estimation de l'article

Information - 100%

Avis des médecins - 98%

Les compléments, bons ou mauvais? - 99%

Régulation des médicaments et des compléments - 99%

99%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Voir Aussi
Signes de l'intolérance au gluten
Symptômes de l’Intolérance au Gluten

Un simple examen médicale n’est pas suffisant pour vérifier si une personne  montre une intolérance …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez notre HSNBlog?
HSN Newsletter
Imaginez alors les offres de notre magasin

Donnez-nous votre adresse mail, et vous aurez accès aux meilleures promotions pour nos clients


Je veux m’abonner et j’accepte la politique de confidentialité