Compléments naturels et ses propriétés pour la ménopause Blog de Fitness, Nutrition, Santé et Sport | HSN Blog
Accueil / Spécial Femme / Compléments Naturels pour la Ménopause
Compléments Naturels pour la Ménopause

Compléments Naturels pour la Ménopause

Pourquoi ne pas traiter la ménopause de façon naturelle ? Les meilleurs produits naturels et efficaces pour traiter et réduire les symptômes de la ménopause.

Qu’est-ce que la Ménopause?

La ménopause est une période biologique de la vie d’une femme au cours de laquelle la fertilité est perdue et qui est fortement marquée par l’arrêt des règles.

Le début de la ménopause s’accompagne d’une forte diminution des niveaux d’œstrogènes, ce qui favorise l’accumulation de graisse au niveau viscéral et diminue la densité minérale osseuse, la masse musculaire et la force.

Symptômes de la Ménopause

De nombreuses femmes, souffrent aussi une série de symptômes, pendant le ménopause et la péri-ménopause, parmi lesquels se démarquent:

  • Bouffées de chaleur
  • Transpiration
  • Sautes d’humeur
  • Sécheresse vaginale
  • Insomnie
  • Douleurs articulaires

Au cours de la ménopause et aux stades précédent et suivant, des changements se produisent qui peuvent nuire considérablement à la qualité de vie d’une femme

Symptômes de la Ménopause

Les femmes ménopausées (celles qui n’ont pas eu leurs règles depuis plus d’un an) présentent un risque plus élevé d’ostéoporose et de fractures, de maladies cardiovasculaires et de changements dans la vessie et le vagin.

Dans cet article, j’aimerais décrire quelques compléments naturels pour la ménopause qui pourraient être d’un grand intérêt afin de minimiser les complications précédemment exposées.

Protéine pour la Ménopause

Un apport adéquat de protéines de qualité est essentiel à toutes les étapes de la vie, et la ménopause ne fait pas exception. Comme nous l’avons mentionné plus haut, la tendance à la perte de tissu musculaire augmente avec l’âge, quel que soit le sexe.

Besoins en protéine

La capacité de générer de nouvelles fibres musculaires est considérablement réduite avec l’âge, c’est ce qu’on appelle la résistance anabolique. Il en résulte une perte de force importante, qui est directement associée à un risque accru de chutes et de fractures.

Ce processus est accéléré de façon vertigineuse si l’on n’effectue pas d’exercices de force, qui agissent comme stimulateurs du tissu musculaire.

Protéines et age

Ainsi, les besoins en protéine quotidiens augmentent

Un aspect important qui peut aggraver la situation est la perte d’appétit, ce qui arrive aussi fréquemment avec l’âge. Les produits alimentaires ou aliments riches en protéines comme la viande, le poisson, les œufs et les légumineuses sont aussi les plus rassasiants et, en raison de ce manque d’appétit, sont souvent les premiers à être rejetés ou dont la contribution est réduite.

Si nous combinons tout ce qui précède, nous nous trouvons à un stade où les besoins en protéines augmentent, mais les quantités fournies par l’alimentation habituelle sont généralement courtes, ce qui augmente les risques de perdre de la masse musculaire.

Protéine pour les femmes en Ménopause

Les protéines en poudre, bien que souvent liées exclusivement aux athlètes, peuvent être très utiles chez les femmes ménopausées.

Il serait intéressant de renforcer le régime alimentaire, en les fournissant sous forme de milk-shake typique, ou même en les introduisant dans les recettes, ou en les mélangeant avec des aliments comme le yaourt, afin d’augmenter la quantité de protéines ingérées d’une manière simple.

Les différentes variétés de saveur des protéines, peuvent même aider a soulager certains « envies sucrées ».

Vitamine D

Presque tout le monde a entendu parler de l’importance de la vitamine D dans l’absorption du calcium et de son importance pour la santé des os. Évidemment, il n’est pas seulement important de fournir de la vitamine D et du calcium par le biais de l’alimentation.

L’exposition solaire et l’activité physique (spécialement celle avec un grande impact) sont indispensables pour protéger et stimuler une meilleure densité osseuse.

Vitamine D et ménopause

De nombreuses études réalisées en différents pays, ont constaté une fréquence de faibles niveaux de vitamine D

 En plus de son importance au niveau du squelette, le rôle de la vitamine D dans les muscles est devenu évident ces dernières années, stimulant à la fois la synthèse et la force. Sa carence affectera donc la fonction musculaire. Plusieurs études suggèrent que le fait de reconstituer les niveaux de vitamine D dans l’organisme peut réduire le risque de chute grâce à une meilleure capacité physique.

En raison de sa fonctionnalité et de son importance dans l’organisme et de la fréquence élevée des carences, la vitamine D pourrait être un excellent complément tant à la ménopause qu’aux étapes amont et aval de la vie d’une femme.

exposition solaire

Cependant, c’est quelque chose qui doit être démontré par des études bien contrôlées et à long terme.

Il est vrai que la recommandation doit être individualisée, car il y a des personnes génétiquement prédisposées à la formation de calculs rénaux, et pour qui la vitamine D fournie en supplément pourrait augmenter le risque de les développer (Letavernier & Daudon, 2018)

Vitamine K

La vitamine K agit comme cofacteur de l’ostéocalcine (un cofacteur est une substance qui, par sa liaison à une enzyme ou à une protéine, lui permet d’exercer son action), ce qui entraîne un changement structurel qui la rend fonctionnelle et remplit la fonction décrite ci-dessus : la fixation du calcium dans les os.

Vitamine K, ménopause et os

Les ostéoblastes (cellules responsables de la synthèse osseuse) libèrent l’ostéocalcine, une protéine qui permet au calcium de se fixer aux os.

La vitamine K peut se présenter sous 2 formes : K1 (phylloquinone) ou K2 (ménaquinone).

Bien que les deux soient importants pour la coagulation et le maintien de l’homéostasie sanguine, la vitamine K2 semble particulièrement importante pour la santé osseuse et l’inhibition de la calcification artérielle. Cette complication, entre autres conséquences, entraîne une plus grande rigidité des vaisseaux sanguins et donc des problèmes circulatoires.

Plusieurs études de population ont observé une relation claire entre l’apport en vitamine K2 et la diminution du risque de décès par maladie cardiovasculaire lié à la calcification des artères.

santé du coeur

Parmi les formes sous lesquelles la vitamine K2 peut être trouvée, la MK-7 (ménaquinone 7) semble être la plus active, et plusieurs études ont montré des effets bénéfiques sur la santé osseuse et cardiovasculaire.

Il est important de noter qu’il est nécessaire de demander à votre médecin si vous prenez des anticoagulants oraux avant de prendre un complément de vitamine K, qu’il s’agisse de K1 ou K2, car il est très possible qu’il y ait une interaction avec ces médicaments

Omega 3

L’ALA est essentiel pour les humains, tandis que l’EPA et le DHA peuvent être synthétisés de façon endogène à partir de l’ALA. Le problème est que la quantité produite peut être très faible, étant donné la faible efficacité au niveau métabolique. C’est pourquoi la consommation d’EPA et de DHA par l’alimentation est également de la plus haute importance, même si elle n’est pas « essentielle » par définition.

Les compléments d’Oméga-3 comprennent des acides gras polyinsaturés à longue chaîne, habituellement EPA, DHA et ALA.

Ces composants sont très importants pour l’organisme, car ils sont les composants structurels des membranes cellulaires et agissent comme précurseurs des éicosanoïdes, ce qui leur confère une activité anti-inflammatoire et anti-coagulante.

Parmi les avantages potentiels, mentionnons la réduction des taux de triglycérides, la baisse de la tension artérielle ou l’amélioration de la fonction endothéliale.

Femme et sport

Compte tenu de ce qui précède, ces nutriments peuvent être particulièrement bénéfiques pour les femmes ménopausées.

Une étude (Tardivo et al., 2014) a supplémenté un groupe de femmes postménopausées avec 900 mg d’oméga-3 par jour pendant 6 mois. Les participants présentaient également au moins trois composantes du syndrome métabolique (taille abdominale excessive, taux de triglycérides élevés, glucémine à jeun et à tension artérielle, et faible taux de cholestérol HDL).

Chaque gélule contenait 180 mg d’EPA, 120 mg de DHA et 2 mg de vitamine E (antioxydant).

Le groupe supplémenté a connu une amélioration significative des valeurs des triglycérides, de l’insuline et de la sensibilité à l’insuline, alors que dans le groupe qui ne suit qu’un régime sans suppléments, seules les valeurs des triglycérides ont augmenté. Les marqueurs inflammatoires et la tension artérielle se sont également améliorés de façon significative.

Une autre étude (Campagnoli et al., 2005) a également suggéré que la combinaison d’acides gras oméga-3 avec des isoflavones de soja, de l’huile d’onagre, des policosanols et de l’acide lipoïque pourrait être efficace pour prévenir les bouffées de chaleur associées à la ménopause

Vitamine B12

Les femmes ménopausées semblent avoir plus de difficulté à absorber la vitamine B12, pour les raisons suivantes :

  • Atrophie de la muqueuse gastrique
  • Diminution de la sécrétion d’acides gastriques, qui sont nécessaires pour éliminer les vitamines des aliments.

Vitamine B12 pour les femmes

Par conséquent, 10 à 30 % des personnes de plus de 50 ans sont incapables d’absorber correctement la vitamine B12 naturellement présente dans les aliments.

Pour ces raisons, le Nutrition Working Group (un comité d’experts canadiens composé de spécialistes en nutrition, gynécologie, soins infirmiers et autres domaines médicaux) recommande de consommer environ 2,4 microgrammes par jour, sous forme d’aliments enrichis ou de suppléments

Zinc, Magnésium et Calcium pour la Ménopause

Certaines études (Ilich et al., 2003) ont montré un rapport direct entre la consommation adéquate de calcium, magnésium et zinc et la santé osseuse chez les femmes post-ménopausées. 

En fait, et conformément aux résultats précédents, une autre étude (Mutlu et al., 2007) a analysé des échantillons sanguins de femmes ménopausées ayant une densité osseuse normale, une ostéopénie (faible densité minérale osseuse) et une ostéoporose (très faible densité osseuse).

Zinc, magnésium et calcium pour les femmes

Les auteurs ont constaté que les concentrations sanguines de zinc et de magnésium étaient plus faibles chez les femmes ostéopéniques que chez celles dont la densité osseuse était normale, et plus faibles chez les femmes ostéoporotiques que chez les femmes ostéopéniques.

C’est-à-dire qu’à des niveaux plus faibles de zinc et de magnesium, on a observé une densité minérale osseuse plus faible.

Os et ostéoporose

Quant au calcium, les données actuelles suggèrent que son apport ainsi que la vitamine D peuvent être bénéfiques chez certains groupes de femmes ménopausées.

Quelques exemples sont ceux qui ont de faibles niveaux de calcium et de vitamine D dans le sang, ceux qui souffrent d’ostéoporose ou ceux dont l’apport est faible par l’alimentation habituelle (Jiang 2016).

Isoflavones de Soja

Les isoflavones peuvent être le supplément « ménopause » le mieux connu du grand public. Il s’agit de substances que l’on trouve dans les plantes et qui ont la capacité de se lier aux récepteurs d’œstrogènes.

Ils peuvent ainsi exercer une action anti-œstrogénique, en compétition avec leurs propres œstrogènes, ou une action œstrogénique en cas de manque.

Ils font donc partie du groupe de substances connues sous le nom de phytoestrogènes.

Les isoflavones sont apparues au cours des dernières décennies comme une alternative à l’hormonothérapie substitutive qui est souvent appliquée chez les femmes ménopausées et est liée à certains effets secondaires.

Le soja est probablement la source la plus connue d’isoflavones. Il existe 3 types d’isoflavones dans le soja : la génistéine (50% du total), la daidzéine (40% du total) et la glycytéine (10% du total), qui sont présentes sous forme d’isomères (molécules de même composition mais de structure différente).

Les isoflavones de soja ont été associées à de multiples bienfaits sur le plan cardiovasculaire, comme la réduction de la tension artérielle ou l’amélioration de la fonction endothéliale, chez les femmes qui l’avaient endommagée.

Thérapie pendant la ménopause

Ils pourraient même prévenir la progression de l’athérosclérose

Un autre avantage possible de la consommation d’isoflavones est une réduction de la fréquence et de la gravité des symptômes de la ménopause, en particulier des bouffées de chaleur. Certaines recherches suggèrent que ces améliorations se produisent lorsque l’apport en génistéine dépasse 19 mg par jour

Black Cohosh ou Actée à grappes noires pour la ménopause

C’est une plante d’origine nord-américaine dont la racine et le rhizome sont traditionnellement utilisés pour soulager les symptômes de la ménopause.

Utilisation du Rhizome

De hecho, incluso la propia OMS (Organización Mundial de la Salud) la recoge como una planta medicinal efectiva para el tratamiento de los síntomas de la menopausia. En fait, même l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en fait une plante médicinale efficace pour le traitement des symptômes de la ménopause.

Réduire les symptômes de la ménopause

Par contre, l’actée à grappes noires semble bien tolérée et n’a aucun effet nocif. Cependant, il pourrait interférer avec certains agents antihypertenseurs.

Mélatonine

Les troubles du sommeil sont l’un des principaux facteurs affectant la qualité de vie des femmes ménopausées. Les altérations hormonales typiques de ce stade interfèrent avec le repos, et l’une des raisons peut être une baisse du taux de mélatonine.

Le vieillissement est lié à des changements du niveau du système circadien et une mineure sécrétion de mélatonine.

Mélatonine dans la ménopause

Certaines études ont montré que le traitement à la mélatonine est efficace pour améliorer les troubles de l’humeur et la dépression, et pour corriger les troubles du sommeil.

Dans une étude (Parandavar et al., 2014), ils ont montré que le traitement en mélatonine prolongé pendant 3 mois améliore les symptômes psychologiques, somatiques, vasomoteurs et sexuels associés à la ménopause par rapport au placebo.

Le principal inconvénient du traitement à la mélatonine est peut-être ses effets indésirables possibles, puisque dans cette étude, certains participants se sont plaints de somnolence, de nausées ou de maux de tête.

Mélatonine et Ménopause

Il est possible que cela soit dû au fait que la dose de mélatonine était de 3 mg, donc une dose réduite pourrait éviter ces effets indésirables.

Huile d’Onagre ou Evening Primrose Oil pour la Ménopause

L‘huile d’onagre est l’un des suppléments les plus répandus pour traiter les symptômes de la ménopause, en particulier les bouffées de chaleur. 

Il existe des études qui appuient la supplémentation avec ce produit.

Dans un d’eux (Farzaneh et al., 2012), l’apport de 500 mg/d a reussi à diminuer la force des bouffées de chaleur après 6 semaines de traitement

D’autre part (Mehrpooya et al., 2018), l’efficacité de l’EPO contre l’extrait d’actée à grappes noires a été comparée. La dose utilisée dans le cas de EPO était de 1000 mg par jour divisé en deux doses de 500 mg. Encore une fois, la gravité des bouffées de chaleur a diminué de façon significative avec la consommation de EPO pendant 8 semaines, améliorant ainsi la qualité de vie

Trèfle Rouge ou Red Clover pour la Ménopause

Cette plante contient des isoflavones et elle est proposée comme remède face aux symptômes de la ménopause, grâce à l’action œstrogénique de celles-ci.

Compléments naturels et ménopause

Certains essais cliniques ont démontré l’efficacité du trèfle rouge contre les bouffées de chaleur, réduisant la fréquence et la gravité de celles-ci.

Ces effets bénéfiques sont apparus avec des doses d’isoflavones de trèfle rouge de 40-80 mg

Conclusions

  • La ménopause est certainement l’une des étapes de la vie d’une femme où elle vit le plus grand nombre de changements. La diminution de la production d’œstrogènes et d’autres altérations hormonales typiques de cette période peut entraîner une symptomatologie qui affecte significativement la qualité de vie.
    Nous savons qu’un mode de vie adéquat, marqué par une alimentation saine, une activité physique régulière et le contrôle du stress et du repos sont essentiels pour réduire les complications de la ménopause.

Améliorer les symptômes de la ménopause

Dans cet article, nous avons présenté une série de nutriments et de suppléments qui pourraient être très utiles. Certains d’entre eux, bien qu’ils aient donné des résultats très prometteurs, nécessitent plus de recherche pour optimiser les intrants ou la durée des traitements.

Sources

  1. Jiang 2016. Calcium and vitamin D supplementation for fracture prevention in postmenopausal women: where does the evidence lead?
  2. Aloia et al., 2013. Calcium and vitamin D supplementation in postmenopausal women.
  3. Ferrari (2009). Soy extract phytoestrogens with high dose of isoflavones for menopausal symptoms
  4. Franco et al., 2016. Use of plant-based therapies and menopausal symptoms a systematic review and meta-analysis.
  5. Huntley & Ernst (2003). A systematic review of herbal medicinal products for the treatment of menopausal symptoms.
  6. Ilich et al., 2003. Bone and nutrition in elderly women: protein energy, and calcium as main determinants of bone mineral density.
  7. Imhof et al., 2018. Soy germen extract alleviates menopausal hot flushes:placebo-controlled double blind trial
  8. Iwamoto (2014). Vitamin K2 therapy for postmenopausal osteoporosis.
  9. Jehan et al., (2016). Sleep, melatonin, and the menopausal transition: What are the links?
  10. Knapen et al., (2013). Three-year low-dose menaquinone-7 supplementation helps decrease bone loss in healthy postmenopausal women.
  11. Letavernier & Daudon (2018). Vitamin D, hypercalciuria and kidney stones.
  12. Low dog (2005). Menopause: a review of botanical dietary supplements.
  13. Marezsz (2015). Proper calcium use: vitamin K2 as a promoter of bone and cardiovascular health.
  14. Messina (2014). Soy foods, isoflavones and the health of postmenopausal women.
  15. Mehrpooya et al., 2018. A comparative study on the effect of black cohosh and evening primrose oil on menopausal hot flashes
  16. Mutlu et al., (2007). Magnesium, zinc and copper status in osteoporotic, osteopenic and normal post-menopausal women.
  17. O’Connor et al., (2016). Canadian consensus of female nutrition: adolescence, reproduction, menopause and beyond.
  18. Parandavar et al., (2014). The effect of melatonin on climateric symptoms in menopausal women; a double -blind, randomized controlled, clinical trial.
  19. Rizzoli et al., (2014). The role of dietary protein and vitamin D in maintaining musculoskeletal health in postmenopausal women: a consensus statement from the European Society for Clinical and Economic Aspects of Osteoporosis and Osteoarthritis (ESCEO).
  20. Tardivo et al., 2014. Effects of omega-3 on metabolic markers in postmenopausal women with metabolic syndrome.
  21. WHO Monographs on Selected Medicinal Plants – Volume 2, 2004.

Articles Associés

Estimation Compléments naturels Ménopause

Réduction des bouffées de chaleur - 100%

Améliorer le repos la nuit - 100%

Meilleure vitalité - 100%

Amélioration de l'humeur - 100%

100%

Évaluation HSN: Aucun Avis Encore!
Content Protection by DMCA.com
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez notre HSNBlog?
HSN Newsletter
Imaginez alors les offres de notre magasin

Donnez-nous votre adresse mail, et vous aurez accès aux meilleures promotions pour nos clients


Je veux m’abonner et j’accepte la politique de confidentialité