ūüŹÉThyro√Įde: Comment r√©guler les hormones par l'exercice ūüŹÉ
Accueil / Sant√© et Beaut√© / L√©sions / Thyro√Įde: Comment r√©guler les hormones par l’exercice
Thyro√Įde: Comment r√©guler les hormones par l’exercice

Thyro√Įde: Comment r√©guler les hormones par l’exercice

De nombreuses études ont traité la fonction thyroïdienne pendant l’exercice, avec des résultats différents. Certains chercheurs ont montré une augmentation de la fonction de cette glande pendant l’exercice, alors que dans d’autres études, ils n’en sont pas arrivés à la même conclusion. La raison de cet écart réside dans les caractéristiques de l’exercice et dans la méthodologie d’extraction des échantillons d’hormones thyroïdiennes.

Glande thyroïde

La glande thyroïde est située le long de la ligne médiane du cou, juste sous le larynx, et a la forme d’un papillon. Elle secrète cinq hormones dérivées de l’acide aminé tyrosine et nécessitent un apport essentiel en iode. 

  • Iodothyronine (T1) : Iode + tyrosine
  • Diiodothyronine (T2) : 2 Iode + tyrosine
  • Triiodothyronine (T3) : 3 Iode + tyrosine (pro-hormonale)
  • Tétraiodotironine ou thyroxine (T4) : 4 Iode + tyrosine (la plus efficace)
  • Calcitonine : aide à réguler le métabolisme du calcium

Glande thyroïde

Ces hormones régulent le métabolisme en générale

Triiodothyronine (t3) et thyroxine (t4) chez les adultes

Les deux augmentent le taux métabolique de presque tous les tissus (sauf les gonades, la rate et le cerveau) et peuvent augmenter le taux métabolique de base de l’organisme de 60 % à 100 %. Les effets de ces hormones sur le métabolisme dépendent de leur concentration.

Aux concentrations physiologiques normales, les hormones thyroïdiennes peuvent être classées comme anabolisantes. Concentrations physiologiques : (T4 = 8 à 10 μg/100 ml ; T3 = 0,12 μg/100 ml)
  • Augmenter la gluconéogenèse (synthèse du glycogène hépatique).
  • Elles améliorent l’action de l’insuline.
  • Faciliter la consommation cellulaire rapide de glucose et d’ATP.
  • Intensifier la mobilisation des lipides, en augmentant la disponibilité des acides gras libres pour l’oxydation.
  • Augmenter la synthèse et la dégradation du cholestérol et des triglycérides dans le plasma.
  • Elles augmentent la synthèse des protéines (et donc aussi la synthèse enzymatique).
  • Elles augmentent la taille et le nombre de mitochondries dans la plupart des cellules.
  • Augmentent les effets des catécholamines sur le muscle cardiaque et les adipocytes.

Symptômes d’hyperthyroïdie

  • Effet hyperglycémique (concentrations élevées de glucose dans le sang).
  • La dégradation des protéines se manifeste par une perte de poids et une faiblesse musculaire.
  • Transpiration excessive due à l’augmentation de la température intracorporelle.
  • Augmentation du rythme cardiaque et tremblements incontrôlés.
  • Menstruations irrégulières.
  • Selles peu fréquentes et diarrhée.
  • Mains en sueur et moites.
  • Leucopénie (déficit en globules blancs).
  • Infertilité, baisse de la libido et augmentation mammaire chez les hommes.

Hyperthyroïdie

Il s’agit d’une sécrétion excessive d’hormones thyroïdiennes, c’est-à-dire de concentrations supra-physiologiques : (T4 > 10 μg/100 ml ; T3 > 0,12 μg/100 ml). Dans cette situation, ces hormones ont un effet catabolique.

Symptômes d’hypothyroïdie

Il s’agit de la sécrétion déficiente d’hormones thyroïdiennes, c’est-à-dire de concentrations infraphisiologiques : (T4 < 8 μg/100 ml ; T3 < 0,12 μg/100 ml). Les symptômes de l’hypothyroïdie ne sont pas aussi clairs que ceux de l’hyperthyroïdie, mais il est vrai que le métabolisme ralentit, de sorte qu’il est probable qu’il en présente quelques-uns :

  • Gain de poids et diminution de l’appétit (diminution du métabolisme basal).
  • Élévation des triglycérides, des phospholipides et du cholestérol dans le sang.
  • Foie gras.
  • La glycémie est habituellement normale, mais avec des possibilités d’hypoglycémie.
  • Anémie par adaptation à la réduction du métabolisme basal.
  • Fréquence cardiaque lente.
  • Menstruations abondantes.
  • Constipation et rétention d’eau
  • Fatigue, crampes musculaires et paresthésie
  • Peau sèche
  • Etc…..

Analyse du glande

Une façon physique d’apprécier la possibilité de souffrir de l’une ou l’autre de ces deux maladies est d’apprécier une augmentation de la taille de la thyroïde au toucher (dans les deux cas), appelée « goitre ».

Dans tous les cas, la meilleure chose à faire est de passer des tests périodiquement et encore plus si vous avez des antécédents familiaux de premier ordre, car ces maladies sont généralement héréditaires. De plus, les athlètes et les pratiquants réguliers d’activité physique sont plus sensibles à la possibilité de les souffrir en raison de leurs adaptations et altérations hormonales, mais ce sujet sera abordé dans la deuxième partie du post.

Type d’Exercice pour Réguler la Thyroïde

La plupart des études sont basées sur des exercices dynamiques (course, natation, cyclisme, etc…), alors que les études en relation avec des exercices statiques (bodybuilding, haltérophilie, etc…) sont moins fréquentes.

Exercices pour la Thyroïde

 

Cependant, il ne semble pas y avoir de variation significative de la fonction thyroïdienne pendant un exercice dynamique. D’une part, parce que ces hormones sont considérées comme anabolisantes (toujours à des concentrations normales) ; d’autre part, parce qu’en dépit de problèmes méthodologiques, il n’existe aucune preuve scientifique unanime d’une augmentation de la fonction thyroïdienne pendant l’exercice.

Adaptation de la Thyroïde à l’Entraînement

Une façon d’étudier indirectement si cette glande s’adapte à l’entraînement est d’évaluer le métabolisme au repos. Il est de notoriété publique que l’une des adaptations de l’entraînement est l’augmentation du RMB, donc, bien qu’une réponse hyperthyroïdienne à l’entraînement n’ait pas été démontrée, il est logique de penser que cette augmentation est due, entre autres mécanismes, à une meilleure fonction thyroïdienne.

Entrenamiento Tiroides

L’hypothèse d’une meilleure adaptation pourrait être une plus grande sensibilité des muscles squelettiques à la même concentration de l’hormone T3. En d’autres termes, l’entraînement améliore l’efficacité thyroïdienne du tissu musculaire.

De plus, les hormones T3 et T4 sont intimement liées aux catécholamines (adrénaline et noradrénaline), dont la concentration augmente avec l’exercice et provoque une augmentation du BMR, ainsi que la stimulation du système nerveux et favorisant la circulation sanguine vers le tissu musculaire.

Utilisation de T3 exogène dans le sport

Comme nous l’avons mentionné, l’un des symptômes de l’hyperthyroïdie est l’augmentation du BMR. C’est pourquoi de nombreux athlètes intéressés à réduire leur taux de graisse pour la compétition utilisent les hormones thyroïdiennes pour augmenter leur taux métabolique et ainsi être en mesure de brûler plus de calories (dans l’espoir qu’il s’agit de tissu adipeux, bien que ce ne soit pas toujours ainsi).

t3 et sa fonction

Cette méthode est potentiellement utile lorsque l’athlète doit perdre une grande quantité de graisse dans un court laps de temps afin de participer à une compétition très importante.

Il n y a aucun doute qu’à court terme, ces hormones vous feront perdre de la graisse à un rythme très rapide, mais les effets secondaires peuvent être très nocifs : hypothyroïdie (aiguë ou chronique) lorsque vous cessez de le fournir exogène, ce qui signifie que votre corps va certainement réduire ou arrêter sa production.

Une des caractéristiques de l’hypothyroïdie, rappelez-vous, est la descente du RMB. Par conséquent, en plus des problèmes de santé, d’un point de vue sportif, ce qui avait été une solution au début (apport exogène de T3 pour perdre du gras), devient au final un problème plus important car vous prendrez plus de gras après avoir arrêté de le prendre.

Il est préférable de rester loin de ces substances et d’éliminer l’excès de graisse grâce à une alimentation et une formation appropriées.

Sources

  • Calderón Montero, FJ. Fisiología del deporte (2ª edición). Ed TÉBAR, S.L., Madrid, año 2007.
  • Chicharro JL, Fernandez Vaquero A. Fisiología del Ejercicio (3ª ed). Ed. Panamericana, Madrid, 2006
  • Garber. JR, White, SS. Cómo superar los problemas de tiroides. Ediciones Robinbook, Barcelona, 2006.
  • Adamopoulos, S., Gouziouta, A., Mantzouratou, P., Laoutaris, I. D., Dritsas, A., Cokkinos, D. V., & Pantos, C. (2013). Thyroid hormone signalling is altered in response to physical training in patients with end-stage heart failure and mechanical assist devices: potential physiological consequences?. Interactive cardiovascular and thoracic surgery.
  • Calderón Montero, FJ. Fisiología del deporte(2ª edición). Ed TÉBAR, S.L., Madrid, año 2007.
  • GONCALVES, A., RESENDE, E. S., FERNANDES, M. L. & DA COSTA, A. M. (2006) Effect of thyroid hormones on cardiovascular and muscle systems and on exercise tolerance: a brief review. Arq Bras Cardiol, 87, e45-7.
  • Maor, E., Kivity, S., Kopel, E., Segev, S., Sidi, Y., Goldenberg, I., & Olchovsky, D. (2013). Differences in Heart Rate Profile during Exercise among Subjects with Subclinical Thyroid Disease. Thyroid, (ja).
  • MASTORAKOS, G. & PAVLATOU, M. (2005) Exercise as a stress model and the interplay between the hypothalamus-pituitary-adrenal and the hypothalamus-pituitary-thyroid axes. Horm Metab Res,37, 577-84.

Articles Associés

  • Comment accélérer le métabolisme
  • Comment calculer mon poids idéal?
  • Quel est mon type de métabolisme?
  • Symptômes d'avoir un métabolisme accéléré
Estimation de la Thyroïde

Glande Thyroïde - 100%

Triiodothyronine (t3) et thyroxine (t4) - 98%

Types - 97%

Dans le sport - 100%

99%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez notre HSNBlog?
HSN Newsletter
Imaginez alors les offres de notre magasin

Donnez-nous votre adresse mail, et vous aurez accès aux meilleures promotions pour nos clients


Je veux m’abonner et j’accepte la politique de confidentialité