Safran (Crocus sativus)
1 Produits

Safran (Crocus sativus)

Table des matières

    1. Qu’est-ce que, et d’où provient le safran
    2. Particularités de sa culture et son traitement
    3. Caractéristiques qui doit avoir un terrain pour sa culture
    4. Comment doit se réaliser la plantation ?
    5. Possibles maladies qui peuvent affecter au safran
    6. La récolte
    7. Le moulage
    8. Caractéristiques et propriétés de « l’or rouge »
    9. Composition nutritionnelle
    10. Avantages pour l’organisme
    11. Avantages de la crocine
    12. Quelques combinaisons intéressantes du safran
    13. Différentes formules pour la consommation
    14. Utilisation du safran dans la cuisine
    15. Ses contre-indications et effets secondaires
    16. Effets secondaires du safran
    17. Situations où le safran est contre-indiqué

Qu’est-ce que, et d’où provient le safran

Surnommé comme « or rouge » et de nom scientifique Crocus sativus, on parle d’une plante herbacée, monocotylédone, qui fait partie de la famille des Iridacées. L'utilisation principale du Safran est dans le domaine des épices et des colorants alimentaires, mais comme nous allons voir maintenant, il a des propriétés exceptionnelles qui lui donnent une place très importante dans le domaine thérapeutique.

Concernant ses propriétés morphologiques, on peut dire que la partie épigée d’un exemplaire de safran, c’est-à-dire, celle qui émerge au-dessus de la surface, arrive à pousser une moyenne de quarante centimètres de hauteur. Ses fleurs, les célèbres «roses du safran» sont volumineuses et d’une couleur pourpre ou violet, avec cinq pétales. La partie hypogée de la plante, c’est-à-dire celle qui se développe sous terre, est le bulbe très connu comme ciboule, qui a toute sa surface recouverte par trois tuniques emboîtées qui protègent le cormus. Les bulbes sont les organes de reproduction asexuée pour la propagation de la plante.

Comme épice, sa singularité se trouve en qu’elle est la seule épice qui s’extrait d’une fleur. Plus précisément, des trois stigmates qui composent le carpelle de la fleur de Crocus sativus qui sont ceux qui contiennent les essences de cette inestimable substance végétale.

La cause de sa valeur élevée se trouve dans la disproportion qui se trouve entre la quantité de matière première et la substance qu’on obtient d’elle en terme de masse ou poids. Cette affirmation se traduit en certaines données très révélatrices: Obtenir 1 kg de safran frais exige la récollection de l’incroyable chiffre de cent mil fleurs, et d’autre part, cinq kg de stigmates frais, est le minimum pour disposer d’un kg de safran prêt comme épice. En plus, paradoxalement au prix de ses fleurs, les feuilles et les racines, doivent êtres écartés et ne pas s’utiliser, à cause de sa haute toxicité.

Les théories plus convaincantes au sujet des origines du safran, le situent dans la région d’Inde de Cachemire. Sous théorie, ce furent les phéniciens ceux qui, dans ses routes commerciales par la Méditerranée, l’ont introduit dans la Gaule, pour à partir de la, la répartir par tout le continent européen.

On trouve des documents d’Histoire Ancienne qui donnent des détails importants au sujet de l’importance du safran pour les civilisations antiques.

Apparemment, les médecins qui prenaient soin du pharaon, prescrivaient cet or rouge pour soulager le mal au ventre, et aussi dans le domaine digestif, celui qui est considéré comme le père de la Médecine, Hippocrate, conseillait l’utilisation du safran pour soulager les mauvaises digestions et les douleurs dentaires. 

Pendant le moyen âge, l’utilisation thérapeutique du safran s’étendit pour traiter une énorme quantité maladies, certaines fois comme traitement, et d’autres comme palliatif, où on peut parler d’infections respiratoires, scarlatine, variole, asthme, insomnie, paralysie nerveuse, maladies cardiaques, goutte, hémorragies utérines, et même, des troubles de vue.

On vas vous donner quelques curiosités historiques avec des personnages historiques, comme par exemple, Alexandre le Grand, qui l’ajoutait parmi ses sels de bain comme médecine pour guérir ses blessures de guerre, ou Cléopâtre, qui prenait des bains avec safran, avec l’objectif d’intensifier sa beauté.

Des nos jours, les pays qui peuvent se considérer comme producteurs de safran, excluant l’Iran qui lui tout seul a le 94 % de la récolte mondiale, sont l’Espagne, la France, l’Inde, la Grèce, la Macédoine, le Maroc, l’Italie, et récemment l’Afghanistan

Particularités de sa culture et son traitement

Certainement, on parle d’une espèce végétale dont la culture en Europe a souffert un recul qui trouve sa raison dans la diminution de la demande comme colorant alimentaire en raison du prix si élevé qui peut atteindre au marché, en comparaison aux produits artificieux qui s’utilisent avec le même objectif dans la cuisine. À tout cela a contribué aussi, l’importation de produits préparés, d’une mineur qualité, mais quand même très compétitives.

Caractéristiques qui doit avoir un terrain pour sa culture

Las propiedades del Azafrán

La culture du safran, n’as aucune complexité, et tolère une large amplitude de températures, qui vont des -10ºC aux 40ºC. L’aspect où le safran est plus exigeant se trouve dans les caractéristiques du sol. Comme le safran est un bulbe, il doit avoir un sol qui soit spongieux et profond, et où l’eau puisse se filtrer rapidement.

Il tolère donc des sols argileux-calcaire et limoneux, mais toujours avec un pH proche de la neutralité, c’est-à-dire, ni acide ni alcalin. C’est important de ne pas le cultiver en terres compactes ni excessivement argileuses, car à peine donne du rendement. Si vous voulez le cultiver pour vous, soit dans un verger ou un pot de fleur, il faut tout simplement enrichir la terre avec tourbe ou paillis.

Comment doit se réaliser la plantation ?

C’est important de savoir que le bulbe est la partie de la plant qui se sème, et il exige un conditionnement préalable avant de commencer sa culture. Ce conditionnement consiste tout simplement en nettoyer les bulbes pour éliminer les racines et les couches plus grosses qui forment la périphérie de son entourage ; ensuite il est recommandable de laisser les bulbes au soleil pendant quelques jours, après quoi, les stocker le plus loin possible de l’humidité, entre 5 et 10ºC avec de la paille, jusqu’au moment de la plantation, qui doit se réaliser les mois de juin et juillet.

Les bulbes doivent s’enterrer à une profondeur d’environ 10-15cm, séparant chaque bulbe environ 10 cm. Les bulbes se multiplient très rapidement, avec un rythme qui est un cycle tri-annuel que permet de récolter 5 bulbes par bulbe planté.

Il ne précise pas d’arrosage, car le safran est une agriculture sans irrigation. Simplement, au cas de sécheresse, il suffit d’arroser en septembre pour satisfaire les besoins hydriques de la plante jusqu'à la récolte.

Possibles maladies qui peuvent affecter au safran

Les menaces que cette plante souffre se résument basiquement dans l’attaque de trois espèces de champignon :

  • Rhizoctonia crocorum, qui lui provoque un type d’ulcère obscure, qui finit par produire une pourriture sèche.
  • Rhizoctone violet, qui contrairement à l’action de l’espèce précédente, lui occasionne une pourriture molle qui se propage à une vitesse fulgurante et qui reçoit le surnom de « mort du safran »
  • Fusarium, genre par lequel nombreuses espèces colonisent le bulbe formant une bande de couleur orange très caractéristique.

Ces maladies sont très graves pour les agriculteurs car elles sont très difficiles de contrôler, car ces champignons résistent la plupart des fongicides. Cependant, c’est difficile de les trouver pendant les deux premiers cycles annuels, et appairaissent généralement à partir de la quatrième année. Donc une façon de faire face aux champignons est de transplanter la troisième année les bulbes saines à un autre endroit.

La récolte

La récolte doit se réaliser dans la deuxième quinzaine d’octobre et la première de novembre. On trouve deux méthodes de récolte, selon la quantité de fleures qui doivent se récolter.

  • Pour des quantités plus petites, doit se pratiquer une opération connue comme élagage, qui consiste en laisser la fleur, dans la plante, et extraire d’elle, seulement les trois stigmates du carpelle (où, rappelez vous, se trouve le safran). Il peut se faire par exemple avec de pinces à épiler ou similaires.
  • Pour des grandes quantités, c’est préférable de récolter toutes les fleures une fois ouvertes le plut tôt possible, et une fois étendues sur une surface large, extraire les stigmates.

Le moulage

Cette opération est un vrai rituel. En prenant la précaution de mettre des journaux pour s’assurer de que les pertes par dispersion soient pratiquement inexistantes.

Les stigmates, ces véritables dépôts d’or rouge, sont introduits dans un moulin électrique où se place, pour augmenter la friction, un seau de sucre. De la, on réussi une poudre très subtile prête pour se distribuer dans des récipients scellés, où peuvent se conserver pendant des années.

Caractéristiques et propriétés de « l’or rouge »

Depuis l’antiquité, le safran est considéré comme une plante avec des nombreuses propriétés médicales. Pas en vain, les perses et les égyptiens, en plus d’un spectaculaire aphrodisiaque, le considéraient comme un remède très efficace contre les poisons et les indigestions, en plus de l’utiliser comme baume pour soulager les symptômes des graves maladies de l’époque comme la dysenterie ou la rougeole.

Le devenir des siècles nous ont permis d’approfondir beaucoup sur les trésors, médicales et nutritionnels, qui garde cette espèce que malheureusement est seulement connue par des nombreuses personnes par sont prix élevé au marché.  

Composition nutritionnelle

On commence sa description en ajoutant un profile du safran concernant les quantités qui contient des différents principes immédiats dont l’organisme a besoin pour son fonctionnement.

Il se compose d’environ 12 % d’eau, 4 % de fibre soluble, 5 % de minéraux, 6 % de lipides, 10 % d’hydrates de carbones (4 % simples et 6 % complexe) et 11 % de protéines. Nous pouvons calculer un apport énergétique de 3 kilocalories par gramme de safran.

Quant aux minéraux, il est spécialement notable sa richesse en potassium, magnésium et fer, mais aussi il contient une quantité appréciable de calcium, phosphore, manganèse, cuivre, zinc et sélénium.

Concernant les vitamines, se démarquent les vitamines A (comme telle, et sous forme de caroténoïde, spécialement bêtacarotène et alphacarotène) B1, B2, B3, et B6 (spécialement cette dernière, que est une source excellente, avec 1,01 mg chaque 100g) et l’acide ascorbique ou vitamine C (100g contiennent 80,8mg). 

Sa couleur jaune brillante est due au glucoside du groupe des caroténoïdes, la crocine, et son arôme à une autre substance connue comme safranal, une huile essentielle volatile qui se trouve dans les carpelles de la fleur. Mais cela n’est pas la seule huile, car la fleur du safran est très abondante en ce type de substances, comme le géraniol, le cinéol ou le linalool entre autres. D’autre part, il contient des traces de flavonoïdes, des substances avec un puissant pouvoir anti-oxydant très intéressantes pour l’organisme.

Avantages du safran

Avantages pour l’organisme

De nos jours, on a des indices importantes, obtenues grâce à des études scientifiques, de que les caroténoïdes du safran peuvent avoir des propriétés anticancéreuses et immunomodulatrices, c’est-à-dire, ils peuvent régler la réponse immune face aux attaques. Cela est du à son poténtiel d’hinibition de la synthèse d’acides nucléiques (ADN et ARN) dans les cellules tumorales.

Il smble évident que le safran contient des ingrédients qu'interviennent positivement dans le système nerveux. Des nouvelles études avec des personnes qui souffrent de cadres de dépression légère ont démontré que le safran a des effets avantageux dans la zone responsable de l’état d’esprit (deux principes actives, le safranal et la crocine, augmenent la sérotinine et la dopamine, deux néurotransmeteurs dont le déficit peut être la cause de la dépression). En plus, grâce aux propriétés antioxydantes des caroténoïdes, il est un aliment stimulant de la mémoire et de la capacité d’apprentissage. Par ailleurs, de nos jours il y a une ligne d’investigation qui se base dans l’hypothèse du pouvoir d’inhibition de certains dépôts de protéines classifiées comme marqueurs de la maladie d’Alzheimer.

Avantages de la crocine

À la crocine, particulièrement, lui sont attribuées des nombreux avantages très intéressants sur des nombreuses parties de l’organisme.

Elle a une action hypolipémiante, (diminution du niveau de graisses dans le sang.) et hypocholestérolemiante (réduction du niveau de cholestérol) dont la conséquence immédiate est celle de prévenir les maladies cardiovasculaires.

Elle favorise le transport d’oxygène dans le sang et contrôle la circulation. En effet, le safran est encore prescrit par les spécialistes en homéopathie pour le troubles circulatoires.

Elle soulage les douleurs de la menstruation et aide à corriger les irrégularités du cycle menstruel, entre autres, l’aménorrhée (manque de menstruation). Cet effet est attribué à une augmentation du flux sanguin à niveau de l’utérus, d'où se dérive, complémentairement, une capacité abortive et contraceptive qui faut aussi garder à l’esprit.

  • Elle diminue la faiblesse musculaire et la fatigue générale, ce que dans son ensemble se connaît comme asthénie.
  • Elle agit comme anti inflammatoire et analgésique dans les tissus dentaires, ainsi comme antispasmodique pour soulager les douleurs des cloques et des entrailles.
  • Comme les anciens avaient déjà découvert, la crocine peut être un remède contre le manque de désir sexuel.  

On trouve aussi d’autres manifestations favorables dans l’organisme après la consommation de safran

  • C’est un bon bronchodilatateur, ce qui lui donne la possibilité de traiter l’asthme.
  • Renforce les cheveux, exerçant une action nutritive sur la fibre capillaire.

Par sa richesse en potassium, elle règle la pression artérielle, et donc la crocine est un nutriment idéal spécialement pour les personnes qui souffrent de l'hypertension. En plus, elle aide à régler les fluides corporels et à prévenir les maladies dégénératives des articulations.

Sa haute teneur en fer, permet que le safran puisse s’utiliser pour éviter l’anémie ferriprive.

Et de ssa teneur en vitamines,nous pouvons déduire 3 points importants :

  • Grâce à la vitamine A, le safran est intéressant pour ralentir l’évolution de la dégénération maculaire qui peut entraîner de la cécité.
  • Sa haute teneur en Vitamine B6, font du safran un produit très recommandable en cas de diabète et pour réduire les symptômes du canal carpien, en plus d’être utile pour prévenir des maladies cardiaques.
  • Aussi, le pouvoir antioxydant de la Vitamine C peut aider à renforcer le système immunitaire et à combattre l’hyperthyroïdie

Quelques combinaisons intéressantes du safran

Il est très utile pour inhiber l’appétit, si on le combine avec du café vert, et de la Garnicia Cambogia.

  • L’extrait de safran est par soi même un inhibiteur excellent de l’appétit, qui permet d’éliminer les dépôts de graisse, principalement ceux de l’abdomen, une propriété qui partage avec le café vert.  Cela est dû à une réaction chimique qui stimule la libération de sérotonine, qui est l’hormone responsable de la sensation de satiété, et comme le safran est hypocalorique, la sensation s’étend après les repas.
  • L’extrait de caféier d’Arabie ( Coffea arabica) aide dans l’élimination des liquides et contient de l’acide chlorogénique, qui est le responsable de l’augmentation de la production des incrétines, une hormone qui stimule la sécrétion d’insuline, aidant à réduire la glycémie après la consommation d’aliments (connue comme glycémie post postprandiale. Parallèlement, cet acide inhibe la glycogenèse (synthèse de glucose dans le foie), où on doit ajouter aussi qu'il agit comme facteur de déminage des dépôts des graisses dans les parois des artères.  
  • Finalement, le troisiemme composant de ce mélange, la Garnicia cambogia, est la porteuse de l’acide hydroxicitrique, qui empèche au foie la conversion des hydrates de carbone en graisses et corps cétoniques. Dans un niveau émotionnel, elle a aussi une répercusion, car elle favorise la libération de sérotonine.

Au cas d’avoir d’inconfort menstruel, consommer trois fois par jour, un demi gramme d’un mélange de tradition iranienne, à base de safran, un extrait de graines de céleri et anis pendant les trois premiers jours des règles.

Différentes formules pour la consommation

En tisane, il soulage la toux et les symptômes des rhumes, en diluant un demi gramme ou un gramme par litre d’eau. Le thé préparé avec safran sert aussi comme remède maison pour traiter la psoriasis. En dans une situation de stress, il peut être très intéressant si vous le consommez comme infusion à base de 2 grammes de safran par litre d’eau, avec une cuillerée de miel. 

Si vous appliquez du safran dans un massage, il soulage la douleur des gencives. Pour cela, il faut l’appliquer en poudre ou en mélangé avec du miel. En forme de teinture alcoolique il peut servir aussi comme analgésique dans la période d’éruption des dents.

Dans un bouillon, la concentration d’un gramme par litre, aide à prévenir les brûlures d’estomac et les mauvaises digestions.

En poudre, il peut s’utiliser pour combattre les flatulences et provoquer la menstruation.

Sous forme de cataplasme, il peut s’utiliser au cas de souffrir une anémie, ou des maux de tête, insomnie ou des altérations de la peau (eczéma, dermatite…)

Pour aider à combattre la dépression et la maladie de l’Alzheimer, la directrice est de consommer 30mg d’un extrait de safran spécifique par jour. 

Utilisation du safran dans la cuisine

Pour lui donner une utilisation optimale, quand il s’utilise en forme de brins, avant de l’ajouter aux ragoûts, il est conseillé de les écraser bien et après les laisser en eau pendant quelques minutes.

Avec cette astuce vous pouvez réussir que la couleur et la saveur arrivent mieux au bouillon, pour ainsi réussir à qu’il soit mieux partagé. Si vous utilisez de la poudre, vous pouvez l’ajouter directement, ignorant cette astuce.

Ses contre-indications et effets secondaires

Si bien on a dit que le safran a des nombreuses vertus et avantages, il n’y a rien de parfait au monde, et donc on ne doit pas oublier la possibilité de montrer quelques effets secondaires comme dans certaines situations dans lesquelles sa consommation est déconseillée.

Effets secondaires du safran

En principe, si on parle d’une réaction à une dose contrôlée, on peut parler de cadres caractérisés par un état d’anxiété, vertiges et nausées, sécheresse buccale qui provoque des troubles dans l’appétit et des maux de tête.

Quand l’intoxication se produit par un excès de dose, on trouve alors des cadres cliniques très similaires à la plupart des intoxications: diarrhée, vomissements, forte douleur abdominale, maux tête et même voir du sang dans l’urine.

Si on parle d’une surdose (et cela veut dire, une consommation d’au moins, 10 grammes), il peut se produire une intoxication mortelle qui commence par une phase initiale d’hallucinations avec des symptômes comme comportement étrange, suivi de tachycardie, vertiges et une paralyse progressive du système nerveux, qui mène à la mort.

Situations où le safran est contre-indiqué

  • Trouble bipolaire : Dans ce type de patients, sa consommation peut déchaîner de l’excitabilité et une conduite impulsive.
  • Les personnes allergiques aux espèces des genres Loluim (de la famille des graminées), Olea (inclus l’olive) et Salsola (de la famille des amaranthacées, plantes qui roulent avec des vents forts et qui peuvent parcourir des longues distances) peuvent aussi être allergiques au safran.
  • En relation à ses propriétés et avantages, on disait qu’il peut avoir un effet abortif et contraceptif, donc, les femmes enceintes ou qui cherchent à tomber enceinte, ne doivent pas le consommer.
S'abonner à la newsletter pour réussir un 15% réduction dans votre première commande
x